Partagez | 


 

 Le temps de l'Inglorieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Crönn
Admin




Messages : 2239
Inscription : 17/04/2012
Age : 24


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Le temps de l'Inglorieuse   Mer 1 Mai - 19:02

    Oops, j'ai édité le message -_-"

_________________
Quand la maladie peu à peu vous ronge... Laissez-vous aller.


Dernière édition par Hil-Galith le Dim 12 Mai - 16:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://denmoriny.guildjdr.com

Ynix
Maîtresse de son élément




Messages : 966
Inscription : 11/05/2012
Age : 105
Localisation : Poitou-Charente


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: Le temps de l'Inglorieuse   Dim 5 Mai - 19:14

Ynix & Danaé


Sa cadette marchant à ses cotés, Ynix avançait d'un pas rapide et saccadé. Peu après la disparition de leur cousin, Danaé lui avait rapporté que quelque chose d'étrange était arrivé. Du moins encore plus étrange que la volatilisation du Maître de l'Eau. Cette succession d’événements mettait l'aînée assez mal à l'aise. Parti sans prévenir, il la laissait plus ou moins seule pour continuer à montrer le chemin au Royaume de l'Eau. Le pire de tout, c'était les interrogations et les questions incessantes autour d'elle. Les membres de son peuple étaient inquiets, mais surtout, persuadés qu'elle savait quelque chose qu'elle ne pouvait révéler. Parfois, certains se dissimulaient dans les fourrés pendant qu'elle parlait avec sa sœur, tendant l'oreille en espérant qu'elle lui en parle. Mais généralement, ni l'une ni l'autre ne pipait mot, et ne faisaient qu'attendre en espérant que quelque chose arrive. N'importe quoi, tant que ça arrive.

Alors qu'Ynix avait du mal à rester en place, Danaé, au contraire, avait attendu sans manifester une quelconque impatience. Même sans prendre beaucoup de recul, elle pensait pouvoir comprendre le point de vue de Keïross. La guerre était inévitable, la rouanne, comme tous les autres le savaient au fond d'eux, ne manquait plus qu'à l'admettre. Suite à l'envolée du Maître de l'Eau, son peuple s'était pour ainsi dire "rassemblé". Alors qu'ils vivaient souvent aux quatre coins du Royaumes, ils s'étaient petit à petit rapprochés. Sans former un véritable "troupeau", ils se trouvaient plus ou moins tous dans un cercle de diamètre de dix kilomètres. Plus ou moins oui, car il restait encore quelques ermites pur jus ! Le bon coté des choses étaient que l'on pouvait rencontrer de nouvelles têtes, jamais vues auparavant, alors qu'ils appartenaient au même Royaume. Certains discutaient par petit groupe, mais sans grande loquacité à vrai dire. La plupart parlaient peu, et restaient mystérieux. Cependant, parmi les quelques mots échangés, Danaé avait appris pour la fissure. Chose étrange que voilà. Elle en avait immédiatement parlé avec son aînée, et elles s'étaient toutes deux mises en marche.

[…]

Il avait commencé à pleuvoir, mais une telle météo ne pouvait gêner nos deux filles de l'Eau, qui marchaient toujours d'un bon pas. Silencieuses, elles ne se parlaient guère que pour se signaler les irrégularités du terrain. "Attention, ça glisse par ici" et "Je crois que l'on devrait passer par là" avaient été les seules phrases échangées. Et puis, elles étaient arrivées et s'étaient arrêtées. La pluie commençait à cesser, pourtant, l'endroit paraissait glacial et inhospitalier au possible. Comme si les dieux équins, si tant est qu'ils existent, s'étaient battus à cet endroit précis. Parfois, le sol était craquelé sur une plusieurs centaines de mètres, sans que l'on puisse voir le fond du gouffre. D'autres fois, c'était l'inverse : des pics fendaient le ciel, défiant les nuages et les oiseaux. Ou justement non, pas les oiseaux. Les lieux semblaient dénués de toute vie, si infime qu'elle soit. Ynix se rapprocha de sa sœur jusqu'à ce que leurs flancs se touchent.

- C'est un endroit terrifiant commenta Danaé.

Son aînée hocha la tête, et elles reprirent le pas, moins assuré que les fois précédentes cependant. Toujours collées l'une à l'autre, elles aperçurent la silhouette au même moment.

- Une autre, dit Ynix

Elles la distinguaient, mais n'arrivaient pas encore à l'identifier. Et pourtant, l'inconnue se détachait parfaitement bien du paysage : vivante dans un endroit mort. Elle les avaient aperçues elle aussi et se signala (impossible de changer ta formulation, je ne sais pas comment tu fais pour te signaler donc … :P). Les deux rouannes se glissèrent un regard interrogateur en même temps. D'un commun accord, elles avancèrent vers l'autre jument, dont les traits commençaient à se préciser. Elle aussi avait dû marcher sous la pluie, les poils de sa robe étaient encore humides. Plus les trois étaient proches, plus la pluie devenait fine. Lorsque les rouannes l'eurent rejointe, celle-ci cessa définitivement, décrochant un sourire à Danaé. La Maîtresse de l'Eau commença :

- Ynix et Danaé, sœurs du Royaume de l'Eau. Nous sommes venues …

- Voir pour de vrai l'endroit que l'on nous a conté …
coupa sa cadette

- Qui est bien plus étrange que nous nous l'étions imaginés … reprit Ynix.

Pour sûr se dit Danaé. Un tel endroit ne peut être imaginé, même dans vos cauchemars les plus fous. Juste constaté et regretté. Le pire de tout, c'était "l'aura" qui s'en dégageait. Elle avait l'impression d'avoir le vertige alors qu'à coté d'elle, son aînée semblait ne pas rencontrer de problèmes particuliers. Je vais tomber, je ne sais pas où, je ne sais pas quand, mais je vais tomber. Comme si ses forces l'abandonnaient. Et puis soudainement, l'air lui manqua. Comme si ses naseaux ne pouvaient plus happer l'air qui la faisait vivre. La rouanne se sentit paniquer, mais son corps ne bougeait pas, rien ne trahissait son indisposition. Comme si elle ne pouvait plus bouger, condamnée à suffoquer sans que quelque geste ne fût possible. La gravité semblait devenir plus intense, comme si le sol l'attirait vers le bas. Elle sentit Ynix se rapprocher de ses côtes, et cela suffit à lui faire reprendre ses esprits. Pendant quelques instants, elle avait eu l'impression de se noyer. Sans eau.

La Maîtresse de l'Eau n'avait pas remarqué l'étrange attitude de sa sœur. Qui l'aurait put ? Danaé n'avait ni bougé, ni parlé. Comme si tout n'avait été qu'une farce de son esprit. Et puis, Ynix n'en menait pas large. Pour elle, sa sensation était différente. Elle se sentait creuse. Son estomac : vide. Ses côtes : vides. Sa tête : vide. Ses jambes : vides. Plus qu'un squelette tenant sur ses pieds par la force du Saint Équin. Elle sentait le vent entrer par ses naseaux, puis s'engouffrer dans toutes les parties de son corps, avant de ressortir entre ses lèvres. Elle-même se sentait faible, fragile, légère comme une plume. Plus rien en elle. Plus que sa moelle et l'air qui entre dans ses narines. C'est à ce moment là qu'elle s'était collé à Danaé, et que toutes deux étaient revenues à elle. Elle s'adressa aux deux autres

- J'ai l'impression d'être complètement happée. Comme si …

- Comme si l'endroit nous mangeait de l'intérieur … finit Danaé

Sur ce point, elles étaient en accord. Ynix fixa l'inconnue avec insistance. Avait-elle elle aussi ressenti la même sensation ?

_________________


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Crönn
Admin




Messages : 2239
Inscription : 17/04/2012
Age : 24


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: Le temps de l'Inglorieuse   Dim 12 Mai - 16:59

Fort fut le soulagement de l'Hermine, quand de sa position elle vit les inconnues s'approcher d'elle en toute neutralité. Son cœur qui s'était mis à palpiter devant un tel spectacle terrestre adoucis sa cadence lorsqu'elle ne se sentis plus seule. Plus seule face au monde, plus seule à la terrible réalité. D'une manière plus étrange, elle se surpris à ne pas se méfier, à ne pas vouloir jouer, à ne pas vouloir manipuler. L'évènement était bien trop grave pour de tels divertissements, et surtout, de quelque Royaume qu'elles auraient pu être, Hil-Galith se tenait réjouie de leur présence. Elle s'autorisa un sourire poli malgré les circonstances, saluant les sang nobles de l'Eau.

« Mesdames... voilà ma route s'entre-couper de sang royal, c'est un honneur. »

Elle observa un instant les deux sœurs de l'Eau, imaginant qu'elle pourrait se trouver bien en mauvaise posture, si elles décidaient de lui porter préjudice. Hil-Galith n'avait pas forcément cru les légendes, ni les rumeurs de guerres et de conflits entre les Royaumes, mais elle avait foi en une chose : en ce qu'elle voyait de ses propres yeux. Et vraisemblablement, la prophétie de Denmoriny ne faisait que se confirmer. Cette lueur légèrement inquiète s'effaça rapidement dans les yeux de l'Hermine d'Automne, si rapidement qu'elle fut presque imperceptible.

« Hil-Galith, du Royaume de la Terre. »

Elle se tut un moment, comme pour observer la réaction de chacune d'entre elles. Elle détailla le moindre comportement anormal qui pourrait lui être d'une précieuse information. Mais les premiers mots qui ressurgirent de cette rencontre ne furent que l'évocation d'un pouvoir étrange, semblant happer les forces surnaturelles qui nourrissaient leurs êtres. Hil-Galith s'étonna ne remarquer que ces dames ne l'avaient ressentis qu'à ce moment même. La rousse avait déjà bien sentis ses forces diminuer, et cela ne datait pas d'aujourd'hui. Elle soutena le regard de la plus âgées des sœurs -qu'elle déduisit car elle fut la première à parler-. Devait-elle énoncer si facilement sa faiblesse, devait-elle faire confiance? Elle jaugea les attentions de la Maîtresse de l'Eau avant de laisser sa bouche formuler ces quelques affirmations.

« Elle happe nos forces depuis maintes jours, et cela n'est un secret pour personne, du moins pour des individus de mon rang. » Détailla t-elle en désignant la fissure.

Le temps n'était pas aux mensonges, le temps n'était pas au jeu. Hil-Galith regarda dans un silence les deux individus. Une chose était certaine, la rousse n'avait réclamé leur présence à ses côtés non pas pour bavarder de choses qui étaient déjà connues, mais bel et bien pour se rendre aux bords du précipice, et regarder de ses propres yeux l'origine de la décadence de ce monde.

« Je comptais rendre rapport de ce que j'aurai découvert ici bas, puis-je vous mentionner à mes côtés, à cette -surement terrible découverte? » Autrement formulé : m'accompagnez-vous au sein du gouffre du monde?

Hil' les regarda, prenant l'air presque aussi insistant que la plus âgée des sœurs de l'Eau lui avait adressé quelques instants plus tôt. Puis mimant de connaître la réponse, commença à prendre le pas vers les pics et la fissure de Denmoriny, espérant en silence qu'elle ne serait pas seule dans cette dangereuse aventure.

_________________
Quand la maladie peu à peu vous ronge... Laissez-vous aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://denmoriny.guildjdr.com

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le temps de l'Inglorieuse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps de l'Inglorieuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Prix du petrole a travers le temps
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Denmoriny :: Espace Hors Jeu ::  Bureau des Helpers  ::  Archives V1 ::  RP's d'Antan -